Être parasité par les fictions des autres

Capture d’écran 2015-04-05 à 22.46.57

« Romans fragmentaires autant que romans duels, les trois tomes de la trilogie 1984 d’Éric Plamondon associent chacun à une figure américaine (Weissmuller, Brautigan, Jobs) le personnage de Gabriel Rivages, dont le destin est placé en écho à ces mythes. Singulier dans son histoire, Rivages reste toutefois un personnage faible, jouant un rôle de relais et de faire-valoir. Son actantialité réduite pourrait être perçue, à la lumière de la fragmentation romanesque et de l’architecture livresque de cet ensemble, comme le signal d’une individualité tiraillée entre la grandeur du réel mythifié et la faiblesse de la fiction ordinaire. »

René Audet (2015), « Être parasité par les fictions des autres. Rôle et (im)pertinence du personnage de Gabriel Rivages dans la trilogie 1984 d’Éric Plamondon », dans temps zéro, nº 9 [en ligne].

http://tempszero.contemporain.info/document1242

Le Clavier Cannibale

images
La Fresque démantibulée d’Eric Plamondon
« Alors voilà. C’est l’histoire de trois mecs: un athlète déchu, un pêcheur de truites et le roi des machines. Weissmuller, Brautigan et Steve Jobs. Ils entrent dans un bar. Le barman les regarde approcher, se gratte la tête, puis dit: « C’est une blague? » Et tous trois de répondre: « Non, c’est une coïncidence nécessaire ». Puis ils commandent, tournée générale, hop, et le lecteur ne peut que se joindre à eux pour trinquer. »

– Claro, Le Clavier Cannibale, 20 mai 2014

http://towardgrace.blogspot.fr/2014/05/la-fresque-demantibulee-deric-plamondon.html?m=1

Gros coup de cœur de Charlotte

10151764_10203448205385411_530029313_n
Gros coup de cœur de cette année en ébullition

Énorme ! Jubilatoire ! EXTATIQUE ! Drôle !

Mayonnaise c’est le Summer of love, la chute des idéaux, la passion pour la littérature ; de l’intime et de l’industriel, du rock’n’roll et de la drogue. Riche en formes et en déclinaisons, Mayonnaise c’est la Liberté et le choix, écrire ou renoncer.

Mayonnaise c’est une partie de l’histoire de l’Amérique en 200 pages.

L’écriture d’Eric Plamondon est faite de joie, de rythme, d’humour et de générosité ! De ces livres-ovni dont on ne voudrait jamais s’éloigner.

– Charlotte Desmousseaux, libraire, 9 mai 2014