Dimitri Nasrallah on Hungary-Hollywood Express

quebecreads-1couleur

http://quebecreads.com/dimitri/

« I think [Hungary-Hollywood Express] epitomises a lot of what’s right with Quebec literature at the minute. »
— Peter McCambridge
Québec Reads, November 2016

Publicités

Hungary-Hollywood Express

hhe_vehicule_press2016.jpg

http://www.vehiculepress.com/q.php?EAN=9781550654509

La traduction de Hongrie-Hollywood Express en langue anglaise (Canada), sera disponible à partir de septembre 2016 chez Véhicule Press, collection Esplanade Fiction.

Eric Plamondon‘s Hungary-Hollywood Express, the first volume of his 1984 trilogy, is up next on Esplanade Books. Originally published in Quebec by Le Quartanier Éditeur, the three novels are being translated from the French by Dimitri Nasrallah. This first volume will be published this September 2016, with Mayonnaise and Apple S following in the next few years.

 

Être parasité par les fictions des autres

Capture d’écran 2015-04-05 à 22.46.57

« Romans fragmentaires autant que romans duels, les trois tomes de la trilogie 1984 d’Éric Plamondon associent chacun à une figure américaine (Weissmuller, Brautigan, Jobs) le personnage de Gabriel Rivages, dont le destin est placé en écho à ces mythes. Singulier dans son histoire, Rivages reste toutefois un personnage faible, jouant un rôle de relais et de faire-valoir. Son actantialité réduite pourrait être perçue, à la lumière de la fragmentation romanesque et de l’architecture livresque de cet ensemble, comme le signal d’une individualité tiraillée entre la grandeur du réel mythifié et la faiblesse de la fiction ordinaire. »

René Audet (2015), « Être parasité par les fictions des autres. Rôle et (im)pertinence du personnage de Gabriel Rivages dans la trilogie 1984 d’Éric Plamondon », dans temps zéro, nº 9 [en ligne].

http://tempszero.contemporain.info/document1242

Le Clavier Cannibale

images
La Fresque démantibulée d’Eric Plamondon
« Alors voilà. C’est l’histoire de trois mecs: un athlète déchu, un pêcheur de truites et le roi des machines. Weissmuller, Brautigan et Steve Jobs. Ils entrent dans un bar. Le barman les regarde approcher, se gratte la tête, puis dit: « C’est une blague? » Et tous trois de répondre: « Non, c’est une coïncidence nécessaire ». Puis ils commandent, tournée générale, hop, et le lecteur ne peut que se joindre à eux pour trinquer. »

– Claro, Le Clavier Cannibale, 20 mai 2014

http://towardgrace.blogspot.fr/2014/05/la-fresque-demantibulee-deric-plamondon.html?m=1

Un vent de fraîcheur

nuit-blanche-logo

Par Judy Quinn

Comme d’autres auteurs du Quartanier, Éric Plamondon amène avec Hongrie-Hollywood Express un vent de fraîcheur dans le monde plutôt convenu du roman québécois. Replacée dans la littérature mondiale, cette œuvre n’est pas absolument nouvelle, Plamondon devant entre autres beaucoup à son maître Richard Brautigan, dont le titre de son ouvrage, qui fait référence à Tokyo-Montana Express. Il y a aussi un peu de Georges Perec dans ces listes, courts poèmes ludiques et autres descriptions de style journalistique qui forment les chapitres de ce livre atypique. Mais nous ne sommes pas en terrain très connu. Le roman – appelons-le ainsi, puisqu’il n’y a pas d’autres termes – construit au fil des pages une logique bien à lui, où le drame d’une existence est raconté dans un jeu formel qui le brise et l’aplanit.
[…]
À part les quelques répétitions qui auraient pu être évitées – des détails de l’histoire de Weissmuller racontés plusieurs fois, sans élément nouveau –, le roman de Plamondon est une belle réussite formelle. Il montre aussi que l’on peut toucher au drame sans tomber dans le pathétique ou le cynisme.

HONGRIE-HOLLYWOOD EXPRESS