Pomme S

steve_jobs_yoga_mac.jpg

L’ordinateur est la plus puissante machine de l’humanité. Son histoire, c’est celle de Turing, de Babbage, de Byron, d’Einstein, de Pascal et d’Orwell. C’est aussi celle des automates, des métiers à tisser, de la machine à écrire et de l’ampoule électrique. Pour Gabriel Rivages, c’est d’abord l’histoire de Steve Jobs, enfant adopté, ancien hippie, employé chez Atari, père de Lisa, créateur du Macintosh et storyteller. Prométhée est puni. Des enfants naissent. Al-Kharezmi invente l’algèbre. On se tire le Yi King. On peint des chefs-d’œuvre. On fait la guerre. Bugs Bunny imite Tarzan à Hawaï. C’est la finale du Super Bowl : 1984 ne sera pas comme 1984. Brautigan écrit Tous veillés par des machines de grâce aimante et un père admire son fils.

Pomme S conclut la trilogie 1984 et le périple américain de Gabriel Rivages, entamé dans Hongrie-Hollywood Express, qui met en scène Johnny Weissmuller, nageur olympique plusieurs fois médaillé d’or et premier Tarzan du cinéma parlant. Mayonnaise, le deuxième volume, mêle le destin de Rivages à celui de l’écrivain culte Richard Brautigan, le dernier des beatniks.

« Pomme S n’est pas une nouvelle hagiographie de Jobs, mais une discrète tentative de réinvention du roman à l’âge d’Internet. Pratiquant avec talent l’écriture fragmentée, Éric Plamondon met bout à bout de courts articles sur l’histoire de l’électronique, des souvenirs personnels, des haïkus. Ce papillonnage, qui pourrait rappeler le temps passé sur le Web à zapper du sérieux au frivole, déconcerte d’abord puis séduit. Le désordre apparent révèle un hommage touchant à la fiction, seule capable de donner sens au monde et de se confronter à l’infini, peu importe la forme qu’il prenne – la mémoire informatique ou la succession des générations. La “geekérature” trouve dans ce roman toutes ses lettres de noblesse. »
— Marc-Olivier Bherer, Le Monde
 
« De cet entrelacs fruitier hétéroclite, Plamondon tire une histoire romanesque et souterraine de la seconde moitié du xxe siècle. Un livre à dévorer à pleines dents, comme on croquerait dans une belle pomme rouge. Une Macintosh, of course. »
— Jérôme Dupuis, L’Express
 
« Le style de Plamondon est redoutablement efficace; impossible de lâcher ses bouquins dans lesquels on dévore les courts chapitres sans s’arrêter, comme dans un carrousel aussi érudit qu’étourdissant. »
— Chantal Guy, La Presse
 
« Il procède par libre association et, comme on clique sur le lien d’une page Web, génère de stupéfiantes coïncidences en raccordant des bribes d’information disparates, qui finissent par constituer un tout organique et miraculeusement vivant. »
— Martine Desjardins, L’actualité
 
« Puisque tout a été dit, il faut aller ailleurs, et avec la puissance d’un style où la concision n’a d’égale que l’érudition. »
— Matthieu Dugal, Radio-Canada

Publicités