Hongrie-Hollywood Express

tarzan 13-3-7912772.jpg

Quand Gabriel Rivages raconte la vie de Johnny Weissmuller (1904–1984), c’est tout le patchwork américain qui s’anime, des exploits sportifs à l’underground littéraire, de la gloire cinématographique aux déclins obscurs. Burroughs vend des taille-crayons, Einstein croise un chasseur d’écureuils, on joue au golf à Cuba, JFK est devenu un aéroport, le record du monde du 100 mètres nage libre est brisé, Tarzan sauve Jane, un comptable véreux s’enfuit avec la caisse, la Seconde Guerre mondiale fait des vagues sur le lac Michigan et un mythe vivant finit placier dans un restaurant de Las Vegas.

Hongrie-Hollywood Express est le premier roman de la trilogie 1984, qui traverse le xxe siècle sur les traces de trois vies américaines. Les deuxième et troisième volumes, Mayonnaise et PommeS, mettent en scène l’écrivain culte Richard Brautigan et Steve Jobs.

Hongrie-Hollywood Express est paru en anglais chez Véhicule Press en 2016, sous le titre Hungary-Hollywood Express, dans une traduction de Dimitri Nasrallah.

« De Montréal aux îles Bikini, Éric Plamondon nous promène avec finesse et jubilation dans l’histoire culturelle de la grande Amérique. »
— France Culture

« Ceux qui ne jurent que par la narration classique à la française risquent de ne point goûter ce que ce texte, beau et tragique comme un vase en porcelaine éclaté sur du carrelage, a de génial. […] Il y a quelque chose de lyrique dans ce texte. Il exprime, bien qu’indirectement, à travers le récit de centaines d’anecdotes, un désarroi émerveillé. »
— Astrid de Larminat, Le Figaro

« Un roman rapide, légèrement oblique et déjanté, qui porte haut la nostalgie des rêves d’enfant et le parfum des après-midis pluvieux à regarder Ciné-Quizz à la télévision. »
— Christian Desmeules, Le Devoir

« L’intérêt immense de Hongrie-Hollywood Express tient dans la légèreté de sa composition, dans son écriture aérienne et poétique sur chaque mot. Tout ici est en place, jusque dans la justesse du collage, la place du moindre commentaire est idéale. »
— Benjamin Berton, Fluctuat

« Pour composite qu’il soit, l’objet dépasse l’élémentaire pied de nez aux conventions narratives en inventoriant les absurdités du vedettariat, qui seraient peut-être aussi celles de l’existence. Un roman pour la génération Wikipédia. »
— Dominic Tardif, Voir

« … il est des livres qui sont des lieux où vous, lecteur, avez l’impression d’être convié à une fascinante conversation entre l’auteur du roman que vous tenez entre les mains et ses collègues, ses maîtres, ses modèles. Vous, le livre d’Éric Plamondon, et une assemblée de fantômes géniaux, en plein pow-wow romanesque et stellaire. »
— Mélikah Abdelmoumen, Cousins de personne

Publicités